Le forum consacré au batteur des Beatles, Ringo Starr
 
AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  MembresMembres  GroupesGroupes  Connexion  

Partagez | 
 

 Les critiques

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Pierre-Henri
Webmaster
Webmaster
avatar

Nombre de messages : 953
Age : 31
Localisation : France / Pologne
Date d'inscription : 08/03/2005

MessageSujet: Les critiques    3/3/2015, 19:12

Voici la première critique de l'album, que l'on doit au journaliste Stephen Thomas Erlewine, du site allmusic.com.

Et elle est positive ! cheers

allmusic a écrit:
Paul McCartney creates a splash whenever he releases a new album, but Ringo Starr stays a bit on the sidelines, cranking out records and tours to a smaller, dedicated audience. Starr is under no delusion that he might suddenly have a Top 10 smash: he's happy to be a working musician, which is all he ever wanted to be. After all, he was a working musician before he was a Beatle, a beginning he celebrates on "Rory & the Hurricanes," the opening track of Postcards from Paradise, his 18th studio solo album. "Rory & the Hurricanes" is part of a long line of latter-day autobiographical tunes from Ringo, and that's not the only similarity Postcards from Paradise shares with the records Starr has made in the new millennium. Like anything from Choose Love on, Postcards is pleasingly low-stakes, studded with fond memories and sunny odes to peace and love, but unlike Y Not and Ringo 2012 -- two amiable records that threatened to drift away on their own good cheer -- this 2015 album is anchored on some sturdy craft, much of it coming from the mid-2010s incarnation of the All-Starr Band. The whole gang -- Todd Rundgren, Steve Lukather, Richard Page, Gregg Rolie, Gregg Bissonette and Warren Ham -- kicks in on "Island in the Sun," but Lukather and Rundgren each get their own session with Starr, providing a foundation that is just different enough from new millennium Ringo records and setting off good contributions from the returning David Stewart, Joe Walsh, Richard Marx, Van Dyke Parks, Gary Burr, Glen Ballard, and Gary Nicholson. Ever since he split with Mark Hudson -- sometime during the making of 2008's Liverpool 8 -- this has been Starr's running crew, and while none of them deliver something out of the ordinary (apart from Marx's reggae number "Right Side of the Road"), the record veers closer to the woozy good times of Goodnight Vienna than the going-through-the-motions shrug of Y Not. Part of this is material -- it's fun to hear Ringo lay into "into the low-key soul groove of "Confirmation" -- but Starr's production is bolder than before, allowing a bit of blood into the production. Plus, he doesn't shy away from being a bit of a goofball, either when he's romanticizing Rory & the Hurricanes or working with Rundgren to stitch together Beatles song titles into a bit of cheeky psychedelia, and that proud silliness and sentimentality have always been a key to Ringo's appeal. He makes no bones that he's here for a good time, and the appealing thing about Postcards from Paradise is that it's as much fun to hear as it must've been to make.

Lien : http://www.allmusic.com/album/postcards-from-paradise-mw0002824156

_________________
"La seule certitude que j'ai, c'est d'être dans le doute"
Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ringoctopus.eu
Alf
Inconditionnel
Inconditionnel
avatar

Nombre de messages : 891
Age : 49
Localisation : Barcelona (Espagne)
Date d'inscription : 23/04/2005

MessageSujet: Re: Les critiques    3/3/2015, 19:45

Very Happy Very Happy Very Happy Ah oui vraiment positive et qui donne envie de courir tout de suite à l'acheter!!!!
J'aime bien la comparaison qui est faite avec Goodnight Vienna , ça nous envoie aux bons vieux temps où Ringo était pris plus au serieux et les ventes de ses disques étaient plus que considerables.
Le commentaire "un album qui parait plus amusant encore que ce qui a eté de le faire" est aussi très optimiste et positif.
Pourvu que il se vende un peu mieux que ses precedents car je crois que ça serait meritoire , pas de faire un top vente mais qu'il se classe convenablement.
Vu le succès de sa tournée l'an dernier et celle de cette année , pour ne pas citer le triomphe de dimanche soir à Buenos Aires , il faudrait que son public se tourne vers ce disque et l'achete pour rendre justice à son travail continu depuis desormais 25 ans.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.alf1968.skyrock.com
Air 4
Inconditionnel
Inconditionnel
avatar

Nombre de messages : 242
Age : 47
Localisation : Spa (Belgique)
Date d'inscription : 08/03/2005

MessageSujet: Re: Les critiques    10/3/2015, 10:37

Voilà, j'ai écouté et vu le clip une seule fois de Postcards from paradise. Volontairement, je ne veux pas l'écouter plus avant d'acquérir le cd.
Donc, une impression incomplète mais néanmoins révélatrice.
La chanson et le clip sont (de nouveau) recouverts de nostalgie à la grosse louche mais on devait s'y attendre. Ca peut faire sourire mais ça fait plaisir aux (vieux) fans des Fab que nous sommes.
J'ai bien apprécié l'intro et les couplets qui offrent un certain plaisir aux oreilles.
Par contre, le refrain est poussif et ennuyeux !!!  Dommage (surtout pour un refrain sensé être accrocheur), c'est vraiment loupé pour le coup.

A bientôt,


Air 4
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Alf
Inconditionnel
Inconditionnel
avatar

Nombre de messages : 891
Age : 49
Localisation : Barcelona (Espagne)
Date d'inscription : 23/04/2005

MessageSujet: Re: Les critiques    29/3/2015, 10:17

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.alf1968.skyrock.com
Pierre-Henri
Webmaster
Webmaster
avatar

Nombre de messages : 953
Age : 31
Localisation : France / Pologne
Date d'inscription : 08/03/2005

MessageSujet: Re: Les critiques    30/3/2015, 09:35

J'ai mis le site à jour ce matin.
Voici la petite critique j'ai rédigée :
Citation :

C'est avec une régularité proche de celle qui fit sa réputation de back-beat drummer hors-pair que Ringo Starr enrichit sa production d'albums studio. Le besoin de se faire plaisir et de faire plaisir aux fans apparaît d'autant plus évident qu'il est sans cesse rappelé : par Ringo lui-même et par les critiques musicaux qui veulent bien jeter une oreille sur son travail. Ringo est en revanche nettement plus erratique concernant l'inspiration de ses oeuvres, mais n'est-ce pas le lot de bien des artistes ? Ainsi, une mauvaise tendance à écrire en roue-libre s'est faite jour et marque particulièrement l'écoute d'un album comme Ringo 2012, sorti en janvier 2012. C'est heureusement de la meilleure des façons que le toujours très actif batteur des Beatles a répondu à ce qui fut pour beaucoup une grosse déception dans sa production récente. Désireux, à l'évidence, de casser une certaine routine, Ringo s'est aventuré vers d'autres registres (reggae, groove...), a convoqué ses acolytes du All-Starr Band pour la toute première chanson originale de l'histoire du groupe, et nous a expédié onze cartes postales paradisiaques.

Belle surprise s'il en est que ce 18e album sorti chez Universal Musics et préparé avec un soin évident. Ringo y met en exergue sa frappe inimitable, comme il y a 13 ans déjà sur l'album Ringo Rama. Le vocoder est encore là, particulièrement présent sur le titre Postcards From Paradise mais - oh! miracle! - Ringo parvient à nous le faire oublier en soignant son chant. La musique est vivante, surprenante même grâce à une instrumentalisation riche et variée, à des choeurs utilisés à bon escient, à plusieurs compositions (Bridges, Bamboula, Island In the Sun) qui sortent de la facilité dans laquelle l'auteur a la mauvaise habitude de se prélasser ces dernières années. Avec Rory and the Hurricanes qui ouvre l'album, Ringo Starr signe peut-être la plus marquante de ses compositions autobiographiques qui foisonnent depuis l'album Liverpool 8 tandis que la ballade Not Looking Back et ses violons constitue un autre sommet, dans la veine d'I'm Yours (1998) ou de Imagine Me There (2003).

Moins d'éloges peuvent être servis à Right Side of the Road, Touch and Go et Let Love Lead, sans relief, ainsi qu'à Postcards From Paradise, la chanson écrite quasi-intégralement à partir des titres d'oeuvres des Beatles, ringoesque dans le mauvais sens du terme...

_________________
"La seule certitude que j'ai, c'est d'être dans le doute"
Pierre Desproges
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.ringoctopus.eu
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Les critiques    

Revenir en haut Aller en bas
 
Les critiques
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La valeur réelle des critiques en musique classique ?
» Les critiques pas sympas sur 30 Seconds To Mars!!
» Vos derniers CDs écoutés: critiques (Mars 2006)
» Les critiques de Cyprien
» [CRITIQUES] de l'album "MICHAEL"

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Le Forum d'Octopus's Website :: RINGO STARR :: VIE ET OEUVRE DE RINGO STARR-
Sauter vers: